Visiteurs

012087

Notre métier

Notre vignoble

Notre vignoble représente 28 ha de vignes, dont 27.568 ha sont de L'ugni blanc destiné à la production de Cognac et Pineau Blanc.

Le reste est composé de 0.216 ares de merlot, de 0.216 ares de cabernet sauvignon, et de 0.216 ares de Malbec, ces trois cépages rouges entrent dans la composition des pineaux rosés.

Les modes de conduites

Il y a deux modes de conduites sur l’exploitation :

  • le cordon de Rauzan (13.94 hectares)
  • le guyot double (14.06 hectares)

Nous constatons que le cordon de Rauzan est le plus répandu sur notre exploitation.

Les cordons sont conduits de la manière suivante :

  • 3x1.1 sur 5 hectares : soit 2727 pieds/ha,
  • 3x1.2 sur 8.94 hectares soit 2500 pieds/ha

Les avantages de ce mode de conduite sont qu'il a moins de plaies de taille et qu'elle dure un peu plus longtemps, mais l'inconvénient est le temps des travaux dû au palissage (relevage, attachage). Depuis plusieurs années nous replantons des vignes, notre vignoble est jeune dans l'ensemble. Nous avons choisi d’établir notre vignoble en cordons hauts (Cordon de Rauzan), dans le but de diminuer les temps de travaux, pour nous dégager du temps pour la commercialisation de nos produits (mise en bouteilles, vente, administratif...)

en train de planter de la vigne

L'ecimage

Il est effectué pour enlever l’excédant de végétation (et diminuer de phénomène d’acrotonie) et aussi pour faciliter le passage du tracteur dans les vignes pour faire les traitements. Pour les guyots doubles, elles sont rognées 4 fois avec une écimeuse arrière qui emmène un rang complet. En cas d’année sèche, nous faisons un écimage de moins. Les cordons hauts, sont rognés 5 fois (pour les plus jeunes, et 4 fois pour les plus âgés), le temps passé est plus important que dans les guyots double car la végétation est plus dense et retombante car il n’y a pas de fil releveur. Le rognage aère la végétation et facilite les traitements, se qui permet aux raisins de mieux mûrir.

L'égourmandage et le relevage

L’égourmandage et le relevage : L’égourmandage se fait manuellement. L’égourmandage permet d’éviter les plaies de tailles et rend propre les vignes.

L’égourmandage se fait 3 fois (de mai à juin), c’est un poste qui augmente les interventions manuelles. Le relevage sur notre exploitation n’est pas fastidieux, car nous avons seulement 8 hectares de vignes palissées. Il consiste à passer les bois un par un dans les fils, il y a aussi les fils baladeurs qui permettent de relever sans manipuler les bois.

Ils sont réalisés afin de faciliter le passage du matériel, et d’augmenter la surface d’ensoleillement et d’éviter la casse des futurs bois de taille. Les cordons de Rauzan n’ont pas besoin d’être relevé.

Le palissage et l'attachage

L’attachage est effectué avec des agrafes. Le système de pliage est à plat. Il permet d’avoir la vendange à la même hauteur dans le palissage ce qui facilite les traitements antibobrytis mais l’inconvénient de ce mode d’attachage est l’entassement du raisin, et les tirages de bois sont plus difficiles. Le palissage est révisé chaque année et des piquets sont changés (pour des piquets en fer) il y a peu de fil à changer car ils sont en acier inoxydable et ils sont presque neuf. Nous réalisons aussi l’entretien du sol des jeunes plantations (jusqu’à 3 ans), cela permet d’éviter la concurrence entre la vigne et l’herbe, l’évaporation de l’eau et de favoriser la pousse de la vigne. Les jeunes vignes sont entretenues avec des décavaillonneuse au printemps, la herse rotative ensuite, puis 8 passages de cultivateurs le reste de l'année. Le nombre de passage varie en fonction du temps, car nous voulons un sol sans herbe afin de favoriser l’implantation du système racinaire.

La récolte

La date de vendange dépend de l’état sanitaire du vignoble. Nous cherchons à récolter un raisin mûr et sain, pour se faire nous effectuons des suivis de maturité et des prélèvements dans les vignes. La date de vendange est aussi déterminée en fonction de la météo. Avant la récolte, il est indispensable de faire une bonne vérification de la machine à vendanger et un nettoyage en profondeur du chai (cuves, remorques, pressoir..)

On ramasse environ 1.50 hectares par jour, sachant qu'il y a 28 hectares sur l'exploitation, nous mettons environ 12 jours pour récolter l’intégralité de la vendange. A l'arrivée au chai, la vendange est versée dans une citerne de réception à l’aide d’une benne basculante.

Une fois dans la citerne de réception, la vendange met environ 15minutes pour monter dans le pressoir. Après environ 2h, la vendange est pressée, on a obtenu du moût qui est stocké dans les citernes. La rappe est vidée dans un dépôt sur la commune, ensuite elle est récupérée par L'UCVA qui va la distiller pour en faire de l'alcool d’état ou du brandy.

Les vendanges

Elles durent environ 12 jours sur notre exploitation, nous faisons 4 à 6 pressoirs par jours. Pascal PETIT conduit la machine à vendanger, une personne transporte la vendange, et une autre reste au chai pour surveiller le pressoir.

Nous possédons la machine en CUMA, il y a trois propriétaires pour la machine à vendanger.

La taille

Elle est effectuée pendant le repos végétatif de la vigne de Décembre à Mars juste après la chute des feuilles et avant le débourrement. Il y a trois personnes en charge de ce travail qui travaillent avec des sécateurs électriques.

La taille des Cordons est réalisée manuellement et nécessite plus de travail que le guyot double, en raison de l’encombrement des bois sur les souches.

La taille des Guyot double est réalisée manuellement, nous laissons 6 à 8 yeux par latte suivant la vigueur de la vigne puis 2 coursons quand cela est possible (Poussard) à 2 yeux.

Les sarments qui sont sous les rangs sont ramenés dans les allées avec un endraineur puis sont broyés, cette opération est pratiquée pour gagner du temps.

La taille représente la tâche la plus importante du travail sur l'exploitation. (4 mois de l'année)

c'est l'hiver

La distillation

Nous commencons début Novembre et nous terminons en Mars car nous avons une chaudière de 15hl et comme nous avons agrandi la superficie de notre vignoble, depuis 3 ans nous distillons de plus en plus longtemps. Cette période est longue, car en dehors de la distillation quotidienne qui prend 3 heures sur une journée, il faut aussi tailler les vignes et c’est aussi durant cette période que nous avons le plus de salons.

Distillation :

  • 1 Alambic de 15 Hl
  • Chauffage au gaz naturel

L’Alambic Charentais

est composé d’une chaudière – ou « marmite » –chauffée à feu nu et surmontée d’un chapiteau en forme d’olive ou d’oignon. Le chapiteau, prolongé par un col de cygne, se transforme en serpentin immergé dans un bassin réfrigérant appelé condenseur. C’est dans le serpentin que se condensent les vapeurs d’alcool. Il existe également un autre élément au centre de l’alambic mais qui est optionnel. Il s’agit du « réchauffe-vin » qui permet de préchauffer le vin pour les cycles suivants et donc de réaliser des économies d’énergie.

La distillation s’effectue en deux cycles ou « chauffes » de 12h :

  • La première étape consiste à porter à ébullition le vin non filtré pour que les vapeurs d’alcool s’acheminent à travers le chapiteau, le col de cygne puis le serpentin. On obtient alors un liquide légèrement trouble : le « brouillis »
  • La seconde étape consiste à distiller ce brouillis : c’est la « bonne chauffe ». Seul le « cœur de chauffe » de ce second passage dans l’alambic donnera une eau-de-vie claire et limpide.

Les choix du distillateur dans la température de chauffe, les proportions de brouillis, de vin, de lies, donneront au cognac sa personnalité.

Nous appliquons la Méthode Rémy Martin :

  • Distillation complète des vins + lies
  • Faible volume d’étêtage
  • 1ère distillation : température de coulage @ 13°C
  • 2nde distillation : température de coulage @ 18°C
  • Nous obtenons ainsi une eau-de-vie plus ronde, plus grasse, avec une meilleure aptitude au vieillissement.

Commercialisation

Nous vendons notre cognac à plusieurs sociétés de négoce :

Rémy Martin :

  • depuis 1966
  • environ 36% de la récolte

UNICOP :

  • depuis 1966
  • environ 5%

Nous gardons :

  • 15% des volumes pour la vente de nos bouteilles et l'élaboration de nos pineaux.

Martell :

  • depuis 2011
  • environ 30% de la récolte

Hennessy :

  • depuis 2015
  • environ 14% de la récolte

Aller au haut